SNSM

Edition 2017

Saint-Nazaire

Du 21 au 24 Juin

Les mousquetaires de la SNSM

Comme dans le roman d’Alexandre Dumas, les défenseurs des valeurs de solidarité, d’entraide et d’abnégation sont quatre ! Car un même quatuor porte déjà haut les couleurs de la Société Nationale des Sauveteurs en Mer à Saint-Nazaire : les Multi50 qui vont s’affronter dès demain vendredi pour 24 heures de course intense et rapide au vu des conditions météorologiques annoncées…

Reaute

Et comme d’Artagnan, cadet de Gascogne, c’est dans le golfe du même nom que ce quartet va en découdre dès vendredi 23 juin à 17h00 pour un parcours triangulaire entre l’estuaire de la Loire, l’île de Groix, la Chaussée de Sein, la bouée des Glénan et le plateau de Rochebonne avant de revenir à Saint-Nazaire, soit environ 360 milles. Un tracé qui fait la part belle aux manœuvres et aux changements de rythme puisque les prévisions météorologiques annoncent une brise modérée (12-15 nœuds) de secteur Ouest à Nord-Ouest avec une molle et une bascule en milieu de nuit suivies d’un renforcement pour le rush final.

Conjonction planétaire

« 2017 est une année exceptionnelle pour la Société Nationale de Sauvetage en Mer dans la mesure où la SNSM bénéficie d’un magnifique alignement de planètes ! D’abord parce que le Gouvernement lui a décerné le label de « Grande Cause Nationale » pour mettre en lumière le professionnalisme, les valeurs et la rigueur de nos activités. Ensuite parce que la SNSM fête son cinquantième anniversaire, née de la fusion en 1967 de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés et des Hospitaliers Sauveteurs Bretons. Mais dans les faits, les premières stations ont été créées dès 1865 à Audierne et à Saint-Malo : certaines ont donc plus de 150 ans… » précise Régis Benazech, Directeur de la Communication et du Développement de la SNSM.

C’est dans cet esprit de solidarité des gens de mer que les quatre équipages des Multi50 sont venus en découdre à Saint-Nazaire : un hommage aux sauveteurs tout en participant à une compétition qui s’annonce de haut vol ! Car les foils ont boostés ces trimarans conçus pour la plupart en 2010 : ces appendices qui permettent de soulager le flotteur sous le vent tout en cabrant le bateau, rendent la navigation plus saine (moins de risque d’enfournement des étraves) et surtout plus rapide puisque certains Multi50 ont déjà été flashés à près de 40 nœuds !

Reste que pour les trois mousquetaires dotés de cette « botte de Nevers » (Arkema, FenêtréA-Mix Buffet, Réauté Chocolat, le trimaran French Tech-Rennes Saint Malo n’ayant pas encore adopté ces artifices), la mise au point est encore au programme pour connaître les limites de l’exercice et les meilleures configurations selon l’état de la mer et la force du vent : faut-il plus remonter la dérive centrale ? Faut-il réduire plus tôt la grand-voile ? Faut-il plus d’appui sur le flotteur pour mieux le sustenter ? Certaines de ces questions trouveront probablement un début de réponse à l’issue du Record SNSM 2017…

22/06/2017 Redaction Record